Rina

18Août06

Enfin arrive l’heure de rentrer dans l’avion pour Vancouver (Vin’ Cou-VE). Il y a 6h30 de vol pour rejoindre Vancouver qui se trouve sur la cote ouest pacifique depuis Montréal qui se trouve sur la cote est au niveau de l’embouchure du Saint-Laurent. Les temps de vol me donne le tourni : 6h30 de vol pour traverser un seul pays ! Je compare avec le temps qu’on devrait prendre pour parcourir la distance Lille-Marseille. Même en train cela devrait prendre moins de temps, de l’ordre de 4h30. J’ai l’impression d’avoir atteind un continent où tout est hors dimension où tout est plus grand. En effet le Canada est l’un des pays les plus grand du monde après La Russie et la Chine. Mais il ne compte seulement que 20 million d’habitants. Le nord canadien est en grande partie sauvage et trop froid l’hiver pour y être habité par une population non culturellement habitué à des température aussi extrême.

J’avais demandé à l’hotesse de me placer près d’un hublot pour profiter de la vue que je n’avais pas pu avoir dans le vol Paris-Montréal. Je suis déja tout excité à l’idée de découvrir les paysages canadiens vu du ciel. Je me dirige vers le numéro de mon siège et je m’installe. A peine assis, un homme avec une femme située de l’autre coté de la rangée me demande si ça ne me dérange pas d’échanger de place avec eux afin qu’ils soient côte à côte. Enfer et damnation ! La place où je devrais me déplacer est coté couloir ! Mais qu’est-ce que ça peut leur faire, ils ne seraient qu’à une place et un couloir l’un de l’autre ce qui doit faire moins de 1m50 entre eux ! ils vont pas me dire que ça va les tuer ! MERDE ! En plus je passe pour un monstre ! Un être sans coeur ! Un briseur de couple ! Ils me regardent déja avec leur yeux remplis de larmes. Je me retourne vers la fenêtre pour lui faire un dernier adieux déchirant avant nos séparations forcées ! Que vois-je ! Cette fenêtre est millimétrique ! C’est la sortie de secours et la fenêtre est là simplement pour vérifier que le moteur n’est pas en flamme avant d’ouvrir la porte. Je me rertourne alors vers eux avec mon plus grand sourir : « Mais bien sur que je peux me déplacer. Sans problème ! » -« Oh thank you so much ! »

J’aurai fait ma bonne action de la journée. Je suis malgré tout fier de moi. Je rejoins ma place avec un sentiment de compassion extrême. Bon d’accord, personne n’y crois, moi non plus !

En tout cas je m’assied à mon nouveau siège coté couloir. La fatigue commence à se faire sérieusement sentir. Les autres passagers continuent à monter et à s’installer à leurs places dans l’avion. Une jeune femme s’installe à coté de moi. Après les salutations d’usage elle me demande si par hasard je n’irais pas à une conférence à Vancouver ? Ouaw ! Bien vu ! Effectivement je vais à une conférence. « Comment le sais-tu ? » –  « Il y a beaucoup de conférences qui ont lieu l’été à Vancouver, et tu as l’air d’être dans la bonne tranche d’age » – » Ok ! et à quelle conférence vas-tu? »  -« World Congress on Computationnal Intelligence, le WCCI » – « Ah ben c’est drole car on va à la même » -Ah oui ! C’est marrant, et tu as trouvé un hotel non loin de la conférence ? » -« Oui ! j’ai trouvé une auberge très proche à seulement 1 min et 1 rue à traverser du lieu du congrès. c’est l’auberge HI » -« Non !!! Moi aussi ! » Et elle me sort son papier de réservation « Incroyable qu’on se soit retrouvé dans l’avion juste à coté comme ça ! » Elle me demande comment je compte me rendre à l’hotel ? Et elle me sort un papier avec les itinéraires détaillés pour tous les moyens de locomotions possibles jusqu’à l’auberge avec les prix. Heureusement que je l’ai rencontré car je n’avais pas la moindre idée de comment me rendre à l’auberge. Je n’avais que l’adresse, aucun itinéraire. Je me serais  surement débrouillé d’une manière où d’une autre en arrivant à l’aéroport de Vancouver. Non seulement je tombe sur quelqu’un qui va à la même auberge et à la même conférence que moi mais en plus quelqu’un de drolement bien organisé. Je choisi d’y aller en bus, c’est à la fois le moyen le moins cher, mais en même temps un excellent moyen de découvrir la ville. La conversation se poursuit ensuite sur nos présentations respectives à la conférence puis sur des choses plus personnelles. Elle est argentine et habite à Montréal depuis 1 an pour reprendre ses études. Elle ne parle pas encore français mais compte bien apprendre à Montréal. Elle ne peut pas le parler mais comprend pratiquement tout. De plus beaucoup son bilingues à Montréal donc avec l’anglais elle se débrouille facilement. Malheureusement je me sens très fatigué donc la conversation ne s’éternise pas trop. Distribution de nourriture. Pardon ! Je dois rectifier, vente de nourriture. Ils n’ont que des vieux sandwichs super cher. ça ne m’interesse pas. L’hotesse vient ensuite me voir en m’appellant par mon nom ! Elle me dit qu’à cause (ou grâce) du retard j’ai droit à un sandwich gratuit. Bon ! Dans ce cas, je veux bien. Non ! Ce n’est pas ce que vous pensez ! Je ne suis pas un rapace qui me gave à partir du moment où c’est gratuit. Et qui rechigne à dépenser le moindre sou. Mais c’est sandwichs ne semblaient vraiment pas appétissant au début, mais l’appétit vient en mangeant n’est-ce pas ? En fait ce sont des vieux sandwichs de chez Subways qui ont l’air d’avoir été enballés depuis un bon moment déja. En fait, il n’est vraiment pas bon et je n’arrive pas à le manger. Je le conserve pour plus au cas où une disette grave se déclarait. On ne sait pas ce qui pourrait arriver, je ne suis jamais allé au Canada avant. Bon ça m’étonnerait quand même. Le vol se passe ensuite dans le calme, sauf que le froid se faisant sentir je demande à l’hotesse une couverture qui me demande 2$ pour la location. Il y a une grande différence entre les vols internationnaux Air Canada et les vols locaux, même si c’est vols locaux durent 6h30 ! Ma fatigue me tiens cloué à mon siège les yeux clos la plupart du temps. « Attachez votre ceinture, nous allons bientôt attérir »

Publicités


One Response to “Rina”

  1. 1 Chris

    Tu as vraiment le sens du récit, c’est très agréable à lire! Quant à la fille, ce genre de coïncidences arrive plus souvent qu’on ne le croit!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :